pexels-golf

La tyrannie des objectifs

Une de mes amies, DRH de son état, me faisait part de son envie de revoir son programme de formation pour cadres: elle voulait passer à autre chose, apporter plus de valeur à son investissement. En bonne professionnelle, avant de choisir le prestataire qui allait lui proposer la solution, elle voulait savoir à quels besoins cette solution devait répondre.

Six mois plus tard, le besoin de formation se fait toujours aussi difficile à cerner: de quoi ces cadres ont-ils vraiment besoin pour mieux faire leur boulot? Quelles sont les compétences à développer? Les objectifs à atteindre? Comment récolter ces informations, quand les questionnaires ne rencontrent que peu d’échos et que les entretiens individuels de fin d’année ne donnent pas forcément les résultats escomptés? Il faut du temps. Qui manque.

McGregor, le retour

Derrière cette louable intention se cache le fantôme hilare de la théorie X de McGregor qui nous sussure que les gens ont besoin de se voir donner des objectifs pour se développer. Incapables de savoir ce dont ils ont besoin pour être des responsables plus efficients, ils comptent sur les Ressources Humaines pour s’économiser une réflexion qui aurait pourtant amélioré le transfert des acquis de formation : en effet, qui mieux que ces cadres pour définir leurs propres besoins? Qui mieux qu’eux pour connaître les situations difficiles à partir desquelles tirer des enseignements utiles à leurs progrès? Nous sommes en pleine théorie Y: les cadres sont autonomes, motivés par leur propre désir de progression. Plutôt que de coller des étiquettes sur des formations prépackagées qui correspondent à des objectifs un peu virtuels et si difficiles à obtenir, pourquoi ne pas avoir le courage de leur donner un peu de temps pour se réunir et trouver entre eux des solutions concrètes à leurs difficultés? Ne cédons pas à la tyrannie des objectifs en formation!

Construire ensemble des solutions concrètes

Alors, oui, le nouveau programme de formation ne comportera peut-être pas les sempiternels objectifs de formation, mais il donnera aux participants l’espace nécessaire pour construire ensemble des solutions concrètes à leurs problèmes. Chaque session leur permettra de se mettre en jeu, de réfléchir sur leurs habitudes et leurs croyances, de détecter ce qui leur faut pour faire le pas décisif; ils pourront passer de “presque apprendre” à “changer un peu”.

Partagez cet article