Quand vous goûtez quelque chose, dites-vous: “ce n’est pas mauvais” ou “c’est bon”?

Dites-vous: “pas de souci” ou “volontiers”?

Ces réponses sont souvent automatiques, elles nous échappent presque.

Vous me diriez que nous n’avons pas le choix.

Et vous auriez tort 😄

Nous savons aujourd’hui que les processus qui génèrent nos pensées sont liés à eux qui génèrent nos émotions: ce sont deux manifestations d’une même réaction de notre cerveau à notre environnement.

Or cette réaction est le fruit d’une comparaison entre la situation vécue et les situations gardées en mémoire; celles-ci sont évaluées en fonction de nos représentations, encodées par notre vocabulaire.

Notre cerveau prédit donc l’avenir en fonction du passé avec nos mots comme instruments de calibrage.

Notre vocabulaire est donc déterminant pour notre futur.

Dites “c’est bon” et “volontiers”: vous allez changer votre monde.
Pas “le” monde, juste le vôtre.

C’est un début, non?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print