billet-bannière

Eloge des sens ignobles

Depuis quelques semaines, nous zoomons, teamsons, skypons, meetons.

Le sentiment est presque unanime: « C’est pas pareil », « Vivement que l’on se revoie en vrai ». Comme si le fait de voir quelqu’un à travers un écran lui enlevait sa réalité, son existence.

Pourtant, nous nous voyons et nous nous entendons, même si ce n’est pas avec la même finesse.

Mais alors, que nous manque-t-il?

Michel Onfray aime dire que Platon a classé les sens en deux groupes. Les nobles (vue et ouïe) sont éthérés, sans substance; nobles parce que comparés à l’âme, belle et pure. Les ignobles (l’odorat, le goût, le toucher) sont en revanche directement liés à notre matérialité, basse et sale: l’odorat provient du corps, le goût pénètre le corps, le toucher est le corps.

Mais alors, que nous manque-t-il, dans nos visioconférences?

Le corps.

Son odeur, sa présence perçue, la possibilité de le toucher. La distanciation sociale nous rappelle que nous sommes incarnés dans un corps qui a besoin de s’exprimer.

C’est la revanche des sens ignobles sur les nobles, d’Epicure sur Platon.

La prochaine fois que vous verrez une personne en vrai et que vous pourrez vous approcher, reniflez-la, cela vous fera du bien

Sur le même sujet

billet-bannière

Je bosse donc je suis

L’épisode 170 de Leadershift est dédié à la question de la raison d’être professionnelle, aussi appelée Personal Why ou Personal Purpose par bon nombres d’auteurs

billet-bannière

Une app à la rescousse!

Une de mes connaissances m’a soufflé une idée géniale. Être un-e manager en 2021, c’est dur: en plus de faire tourner le business, on leur

billet-bannière

Recrutement cultivé

Si toutes les entreprises étaient « dynamiques et humaines » et si tous les postes offerts étaient « stimulants et enrichissants » dans des cadres de travail « flexibles et