Nous avons fait beaucoup de vidéoconférences ces derniers mois, et l’avis est unanime: c’est efficient en termes de gain de temps mais “pas pareil” en terme de relation et de collaboration.

Pour continuer à mettre du sens dans ce qui se passe, je vais essayer une analogie.
Pour notre cerveau, être en vidéoconférence, c’est comme être bourré-e.

Je m’explique

Sous l’effet de l’alcool, notre cerveau perd en capacité de perception et d’analyse parce qu’il manque d’informations – il est comme anesthésié.

En vidéoconférence, c’est pareil: les informations auditives et visuelles sont limitées, voire inexistantes; par exemple, nous ne voyons que le haut du corps des personnes et nous ne pouvons percevoir les mouvements coordonnés du groupe que très difficilement; les inflexions de la voix sont plus difficiles à percevoir; les informations olfactives et tactiles sont quant à elles complètement absentes.

Est-ce que cette analogie nous donne des pistes pour mieux gérer ces moments?

1️⃣ Tout doit être plus simple, plus facile à comprendre,
2️⃣ Tout doit être plus cadré, plus directif,
3️⃣ Tout doit être plus intense, plus concentré,
4️⃣ Tout doit être plus répété, plus distinct.

D’autres idées?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print