leadershift-podcast-bannière

Episode 128 // De vraies conversations

Êtes-vous assis confortablement ? Laissez-moi vous raconter une histoire.

Il était une fois un guerrier samouraï des montagnes qui s’approchait d’un moine zen de petite taille pour lui demander : « Dites-moi la différence entre le paradis et l’enfer ». Le moine, contraint de lever les yeux vers cet énorme spécimen physique qui le domine, répond : « Je ne te dirai rien ». De plus, il ajoute : « Tu pues, tes vêtements sont sales, tu n’es pas rasé, ton katana est rouillé et tu es la honte des samouraïs. »

Le Samouraï, dans une fureur aveugle, s’écrie : « Dare mo sonoyōni samurai to hanasu koto wa arimasen » ce qui veut dire « J’aime les sushis de thon et d’anguille » – « Personne ne parle à un Samouraï de cette façon « , et dégaine son katana pour terrasser le moine. Il lève sa lame au-dessus de la tête du moine; ce dernier lève la tête, le regarde et dit : « Ca, c’est l’enfer. »

Interrompons ici l’histoire. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une conversation typique dans une salle de réunion – du moins, elle implique rarement des épées de samouraïs japonais – c’est une illustration graphique de ce qui se passe lorsque notre pensée devient étroite, trop focalisée, obsessionnelle, compartimentée et basée sur la survie.

Une telle pensée, de la part du samouraï, est trop axée sur l’ego pour ajouter de la valeur à la conversation.

Quatre niveaux de conversation
Un modèle élaboré par Otto Scharmer révèle quatre niveaux de conversation.

Le premier niveau est celui du « téléchargement standard » ou du « parler gentiment », qui peut inclure des phrases creuses, le fait de se conformer et de ne pas dire ce que l’on pense.

Le niveau deux est caractérisé par le « débat typique » et consiste souvent à parler durement, à gagner à tout prix et à se confronter.

Les deux premiers niveaux sont dominés par un ego élevé.

Cependant, les conversations qui créent une réelle valeur sont celles qui passent au niveau trois – où il y a une enquête réflexive et où les individus s’expriment en se considérant comme faisant partie d’un tout – et au niveau quatre, qui est celui de la « créativité collective », où les individus sont pleinement présents, sont authentiques et contribuent à la cocréation.

En tant que leaders, notre objectif est de nous éloigner des niveaux un ou deux et de passer aux niveaux trois et quatre. La forme la plus élevée de conversation est celle où tout le monde est connecté et réfléchit à ce que ce moment leur demande en tant que groupe.

Le leadership est une conversation
Une question pour vous: « Quand un leader dirige, que fait-il ? ». Vous répondrez: je fournis une vision, je pose des questions aux autres, j’inspire les gens. Ce sont toutes de bonnes réponses, mais ce qu’un leader efficace fait, c’est avoir une vraie conversation.

Et, en tant que leader, vous devez vraiment réfléchir aux conversations que nous devons avoir ensemble en tant qu’équipe si nous voulons progresser. Quelles sont les conversations que nous évitons ? Quelles sont les conversations que nous devons cesser d’avoir ?

La conversation ne peut pas non plus porter uniquement sur le contenu, mais sur la manière dont nous nous y prenons pour avoir ces conversations. Ce qui se passe dans le cerveau lorsque nous commençons à passer aux niveaux trois et quatre, c’est que nous passons de l’anxiété à une concentration détendue, ce qui, en fin de compte, permet d’améliorer les performances, grâce à notre capacité à écouter profondément, à faire preuve d’empathie et à établir des liens.

C’est l’état d’esprit que nous recherchons : « Où plus de circuits individuels commencent à communiquer de manière ordonnée et à traiter un esprit plus cohérent. Votre conscience passe d’une pensée étroite, trop focalisée, obsessionnelle, compartimentée, de survie, à des pensées plus ouvertes, détendues, globales, ordonnées, créatives et simples. C’est l’état d’être naturel dans lequel nous sommes censés vivre. »

Ce qui nous ramène à l’histoire de notre moine zen et de notre samouraï apoplectique. Lorsque nous nous sommes quittés, le Samouraï était sur le point de frapper le moine, mais réalisant que le moine a presque donné sa vie pour lui donner une leçon sur la véritable nature de « l’enfer », le Samouraï abaisse son katana. Il s’incline profondément en signe d’honneur vers le moine qui lève les yeux et dit au samouraï : « …et ça, c’est le paradis ».

La connexion et le partenariat réels développés par une écoute profonde sont le pont qui relie chacun d’entre nous et la façon dont nous pouvons faciliter le passage de nos conversations de « l’enfer » au « paradis ».

Pour cela, nous devons mettre notre ego de côté et nous laisser nous immerger dans la conversation.

Source: https://www.thealexanderpartnership.com/conversations-that-create-real-value

Recommandation du mois: Philip Glass

Episodes sur le même sujet

Partager cet épisode

coaching-pour-dirigeant-coach-vm
Bonjour, c'est Vincent. Vous semblez intéressé-e par ce que je fais?

En échange de votre adresse mail, je vous envoie un petit cadeau de bienvenue dans mon groupe de contacts: les 10 commandements du bon collaborateur.

Maximum un message par mois, et vous pourrez vous désabonner quand vous voulez. On y va?