leadershift-podcast-bannière

Episode 136 // Gérer son temps en tant que leader: productivité durable (1/4)

On attend de leaders qu’ils.elles fonctionnent à un rythme rapide et soient très productifs.ves ; pourtant, dans le même temps, il existe un sentiment chronique de dérapage individuel et collectif, de performance professionnelle non optimale et d’épuisement imminent (épisode 84 RPS).

Problème: « j’ai trop de travail », « j’ai passez de temps » (épisode 112)

Problème: « je bosse 70 heures par semaine (et j’en suis fier.ère) » (épisode 25. le faux héroïsme des gens débordés)

Problème: « je suis fatigué.e » (il.elle est faible, il.elle est mal organisé.e)

Partant du principe que des heures de travail plus longues conduisent à une meilleure productivité, les leaders se poussent eux-mêmes et poussent les autres à accroître leur efficacité, puis essaient de « caser » du temps de qualité avec leurs proches.

La capacité des dirigeants à gérer plus efficacement l’augmentation de la charge de travail et de l’épuisement professionnel est essentielle car leur comportement a un impact significatif sur les autres.

Sous l’effet du stress

  • agissent de manière plus défensive,
  • prennent de moins bonnes décisions
  • perdent littéralement la fonction « exécutive » de leur esprit.

Cela est particulièrement coûteux pour les dirigeants, car ils donnent le ton à leur organisation. Leur humeur affecte la façon dont les autres pensent et se comportent, de sorte que les personnes qui les entourent ont également tendance à réagir de façon confuse, défensive et improductive.

Comment faire?

  • Fixer des objectifs
  • Planifier (épisode 9)
  • Déléguer (épisode 30)
  • Suivre les engagements pour s’assurer que le travail est terminé
  • Créer des listes gérables de choses à faire

Et?

  • Je fais tout ça, et ça ne suffit pas pas à me permettre de rester à la hauteur des exigences auxquelles je suis confronté.e
  • Je sais que je devrais le faire, mais je n’ai pas le temps de le faire

Les approches conventionnelles de la gestion du temps sont utiles pour s’organiser afin d’accomplir le travail. C’est une première étape.

De puissantes dynamiques de travail amènent les gens, individuellement et collectivement, à consacrer une grande partie de leur temps de travail à des activités non productives. Les dirigeants doivent comprendre la nature de ces dynamiques et ce qu’ils peuvent faire pour changer les habitudes d’action individuelles et collectives.

« Nouvelle » approche:

  • Un accent sur la productivité durable
  • Identification et réduction de la « charge de travail fantôme » – le travail que les gens se créent involontairement en prenant des raccourcis ou en essayant d’éviter des tâches essentielles et difficiles.
  • Des outils pour gérer le temps plus efficacement dans quatre domaines de leadership
  • Un modèle de changement de comportement – permet aux gens de mettre en pratique de manière fiable et durable les bonnes idées de gestion du temps, qu’elles soient traditionnelles ou innovantes.

Augmenter la productivité durable

L’hypothèse la plus importante que les dirigeants doivent remettre en question est peut-être celle selon laquelle travailler plus dur – plus d’heures et plus de jours par an – augmente la productivité.

C’est une proposition séduisante, car travailler plus dur fonctionne jusqu’à un certain point – et au-delà de ce point, les conséquences personnelles comprennent

  • réduction du fonctionnement du cerveau
  • augmentation du stress et des problèmes de santé
  • diminution de l’efficacité
  • relations tendues ou ratées

L’impact sur les équipes et les unités est également important : le surmenage a tendance à entraîner des erreurs qui se traduisent par

  • une qualité médiocre et du rework
  • des malentendus et des conflits inutiles
  • un manque d’innovation
  • des réunions longues et improductives

L’impact du surmenage est parfois clair, parfois subtil, mais il est insidieux et entraîne un déclin à long terme de la qualité de vie.

Productivité durable :

  • Faire les bonnes choses, bien, en temps voulu, et
  • Préserver et restaurer les relations
    • Avec soi-même,
    • Avec ses collègues
    • Avec ses clients
    • Avec sa famille, sa communauté et son environnement naturel.

L’expérience montre que le temps n’est pas quelque chose que l’on peut économiser ; on peut seulement le dépenser plus ou moins judicieusement.

Une façon d’aborder cette question est de clarifier ce qui compte vraiment pour nous, de vivre notre vie en accord avec nos valeurs les plus profondes, et de servir les meilleurs intérêts des autres ainsi que les nôtres. Du point de vue d’un leader, la gestion du temps doit consister à s’aider et à aider les autres à faire des choix judicieux et souvent courageux plutôt que de faire plus avec moins.

Recommandation du mois: faites de la musique!

Source: https://thesystemsthinker.com/managing-your-time-as-a-leader

Episodes sur le même sujet

Partager cet épisode

coaching-pour-dirigeant-coach-vm
Bonjour, c'est Vincent. Vous semblez intéressé-e par ce que je fais?

En échange de votre adresse mail, je vous envoie un petit cadeau de bienvenue dans mon groupe de contacts: les 10 commandements du bon collaborateur.

Maximum un message par mois, et vous pourrez vous désabonner quand vous voulez. On y va?