Episode 80 // Room to think – complexité

Chapitre 3 Complexité

Nous n’envoyons pas une fusée sur la lune, nous éduquons un enfant
Dans des situations simples, la marche à suivre est claire : appréhender la situation, identifier la bonne recette, l’appliquer, recommencer. Notre vie est remplie de ces recettes toutes faites qui nous permettent d’aller plus vite. Notons que les actions et leur séquence sont prédéterminées : c’est le meilleur moyen de gagner en efficience ; par exemple, l’armée ou la police parlent de « décision réservée » : dans tel cas, j’utilise tel outil, telle méthode. Dans une situation plus compliquée, comme par exemple lors d’un projet d’ingénierie, la recette n’existe souvent pas. Il faut donc analyser les données récoltées pour créer une nouvelle recette ; l’envoi d’un humain sur la lune correspond à cette situation.

Nous voyons donc que ces deux manières de prendre des décisions se basent sur le fait que la situation a été appréhendée correctement : les informations ont été récoltées et structurées d’une manière qui permette la prise de décision.

Ce que nous remarquons, pour certaines personnes avec surprise, c’est que la prise de décisions dans notre monde post-moderne ne correspond à aucun de ces schémas. La raison en est simple : la récolte d’informations est nécessairement incomplète puisque les données sont ambigües, voire contradictoires : le masque protège-t-il ou pas ? La distance sociale est-elle une mesure efficace ou pas ?

Nos outils habituels sont dépassés, trop lents : le processus politique, surtout en Suisse, demande de longues tractations pour arriver à un consensus ; le processus scientifique demande des années de réflexions, de tests, d’expériences, avant d’arriver à des conclusions utiles. Que nous reste-t-il ? La situation est complexe, comme éduquer un enfant : rien n’est prédéterminé, rien n’est sûr ; nous avons quitté le monde rassurant des certitudes pour émigrer dans le monde plus inquiétant des probabilités : le port du masque et la distanciation sociale diminuent la probabilité d’infection mais n’immunisent personne.

Dans ces situations complexes, les recettes ne fonctionnent pas, l’autoritarisme rassure mais n’apporte rien, le bon sens fait du bien mais nous trompe : nos réflexes sont inutiles. Comme attesté par les personnes interviewées, une solution se trouve dans l’action : plutôt qu’analyser et chercher la certitude, agir par petites touches et voir comment le système réagit. Mettre en place un confinement progressif et sentir la réaction de la population (et du virus !). Décider pour les trois prochains jours et voir ensuite comment s’adapter. Communiquer que nous ne savons pas et rester actifs dans la communication authentique.

Quid du long terme ? C’est là la puissance de la vision partagée, tant au niveau familial qu’organisationnel ou national. C’est là l’utilité d’un dessein (purpose) épousé par toutes et tous : dans la brume des situations complexes, la vision et le dessein nous donnent une direction à suivre qui informe notre prise de décision et permet l’action dans l’incertitude.

Forget your perfect offering
There is a crack in everything
That’s how the light gets in

Restons en contact, inscrivez-vous à notre newsletter!
www.coapta.ch/newsletter

Accès gratuit à toutes nos ressources:
www.coapta.ch/campus

Accès aux archives du podcast:
www.coapta.ch/podcast

Une production COAPTA, copyright 2020 COAPTA Sàrl
Site internet: www.coapta.ch

Episodes sur le même sujet

Partager cet épisode

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pocket
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur print
Partager sur email
Bonjour, c'est Vincent. Vous semblez intéressé-e par ce que je fais?

En échange de votre adresse mail, je vous envoie un petit cadeau de bienvenue dans mon groupe de contacts: les 10 commandements du bon collaborateur.

Maximum un message par mois, et vous pourrez vous désabonner quand vous voulez. On y va?